Youmna Saba - Romain Baudoin
Romain Baudoin : Arrehar, Youmna Saba 20h30
Club mercredi 24 novembre 2021
Concert  
   
Plein Tarif : 9 € Tarif réduit : 6 € Carte Culture : 6 € Tarif adhérents : 6 € Le Joker : 3.5 €
Réserver
Production Jazz à Poitiers et le TAP - Théâtre Auditorium de Poitiers
Romain Baudoin : Arrehar
Bruit de pays
FR
Romain Baudoin : vielle à roue, tambourins à cordes, harmonicas, grelots, magnéto cassette
Gascon, y’a l'téléfon qui son. Au bout du fil, c’est Romain Baudoin et Arrehar, son projet
néo-trad’. C’est aussi et surtout une vielle à roue de 1930 et des K7 d’archives sonores des sixties collectées dans les Landes de Gascogne. Avec ces différents supports, Romain manipule et creuse toujours plus sous les racines de sa musique, de sa pratique et du territoire où elles sont nées. Arrehar, c’est le ‘retour aux sources’. Un contre-courant salutaire.



Youmna Saba
Urbex improvisé
LBN
Youmna Saba : oud, électroacoustique
Libanaise, Youmna Saba nourrit sa musique de l’électricité des rues beyrouthines. D’une ville à l’autre, la voici au centre de Paris pour continuer d’explorer de quoi sommes-nous faits dans une ville. Inlassable, Youmna Samna cherche. Et trouve. Les moyens de tisser des liens entre le système musical arabe et la musique électronique, de réunir technologie et composition. Son instrument, le oud, s’est ainsi vu pimpé de capteurs. Les anciennes habitudes s’éteignent, un être s’éveille.

Youmna Saba - Romain Baudoin 20h30
RÉSERVER
mercredi 24 novembre 2021
Romain Baudoin : Arrehar, Youmna Saba Concert  
Club  
Plein Tarif : 9 € Tarif réduit : 6 € Carte Culture : 6 € Tarif adhérents : 6 € Bourse spectacles : 3.5 €
Production Jazz à Poitiers et le TAP - Théâtre Auditorium de Poitiers
Romain Baudoin : Arrehar
Bruit de pays
FR
Gascon, y’a l'téléfon qui son. Au bout du fil, c’est Romain Baudoin et Arrehar, son projet
néo-trad’. C’est aussi et surtout une vielle à roue de 1930 et des K7 d’archives sonores des sixties collectées dans les Landes de Gascogne. Avec ces différents supports, Romain manipule et creuse toujours plus sous les racines de sa musique, de sa pratique et du territoire où elles sont nées. Arrehar, c’est le ‘retour aux sources’. Un contre-courant salutaire.



Youmna Saba
Urbex improvisé
LBN
Libanaise, Youmna Saba nourrit sa musique de l’électricité des rues beyrouthines. D’une ville à l’autre, la voici au centre de Paris pour continuer d’explorer de quoi sommes-nous faits dans une ville. Inlassable, Youmna Samna cherche. Et trouve. Les moyens de tisser des liens entre le système musical arabe et la musique électronique, de réunir technologie et composition. Son instrument, le oud, s’est ainsi vu pimpé de capteurs. Les anciennes habitudes s’éteignent, un être s’éveille.