Week-end de rentrée : A Sunday Kind Of Love
Benjamin Duboc : Primare Cantus 16h
Club dimanche 19 septembre 2021
Concert  
   
Entrée libre

Concert organisé par Jazz à Poitiers, programmation à venir courant juillet.

Le temps d’un week-end, les habitants du Confort Moderne vous proposent de nous retrouver autour de trois nouvelles expositions et une série de concerts donnant à voir et à entendre de nouvelles collaborations précédemment reçues en résidence, mais aussi l’envers du décor d’une certaine pop culture.

 
Benjamin Duboc : Primare Cantus
FR

Un travail un peu spécial, uniquement sur le cordier, un son continu mélangeant le très grave de l'instrument aux sons plus aigus, obtenus par le frottement de l'archet selon des axes différents et des sons de bouche et souffles.Il pourrait s'agir d'un travail pour cordier, archet et bouche. La musique se déplace lentement, très lentement, mais jamais statique, elle ne cesse d'évoluer par micros variations. Une lente plongée intime se réalise lors de la réalisation de cette pièce, peut-être aussi à l'écoute de celle-ci. Benjamin Duboc tend à ouvrir au possible l'attention, tend à aiguiser la perception, à pousser l'écoute.

Week-end de rentrée : A Sunday Kind Of Love 16h
RÉSERVER
dimanche 19 septembre 2021
Benjamin Duboc : Primare Cantus Concert  
Club  
Entrée libre

Concert organisé par Jazz à Poitiers, programmation à venir courant juillet.

Le temps d’un week-end, les habitants du Confort Moderne vous proposent de nous retrouver autour de trois nouvelles expositions et une série de concerts donnant à voir et à entendre de nouvelles collaborations précédemment reçues en résidence, mais aussi l’envers du décor d’une certaine pop culture.

 
Benjamin Duboc : Primare Cantus
FR

Un travail un peu spécial, uniquement sur le cordier, un son continu mélangeant le très grave de l'instrument aux sons plus aigus, obtenus par le frottement de l'archet selon des axes différents et des sons de bouche et souffles.Il pourrait s'agir d'un travail pour cordier, archet et bouche. La musique se déplace lentement, très lentement, mais jamais statique, elle ne cesse d'évoluer par micros variations. Une lente plongée intime se réalise lors de la réalisation de cette pièce, peut-être aussi à l'écoute de celle-ci. Benjamin Duboc tend à ouvrir au possible l'attention, tend à aiguiser la perception, à pousser l'écoute.