Malik Djoudi
21h
Salle de concerts vendredi 26 novembre 2021
En ligne bientôt !
Concert  
   
Plein Tarif : 15 € Tarif réduit : 12 € Le Joker : 3.5 €

Intimiste, sensuelle : telle est la musique de Malik, façonnée à l’envi au fil des albums : Un (2017), Tempéraments (2019), qui lui a valu d’être nominé « Album révélation de l’année » aux Victoires de la Musique 2020… Et, aujourd’hui, Troie. Lequel ouvre un chapitre nouveau, celui d’un parti pris organique dont l’idée a germé après sa dernière tournée. Entouré de machines pendant trois ans, manipulant ce son électro qu’il adore, le chanteur a souhaité revenir au profondément vivant, et pouvoir, sur scène, être accompagné d’autres instrumentistes. Sans omettre, cependant, les possibilités des synthés et des arrangements à venir, Malik est allé à l’essentiel, composant avec la basse et la batterie, inspiré par les grooves simples et efficaces de Frank Ocean ou Mac Miller. Il s’agit de rompre avec ses habitudes, travaillant entre la campagne, la Villa Noailles et Paris, ramener de la lumière après deux disques mélancoliques. Contourner les codes et systématismes de la pop actuelle pour imposer une matière épurée et surprendre – lui autant que les auditeurs. « La création de ce disque m’a donné la force pour rester droit, et aujourd’hui j’aimerais qu’il puisse donner de la force aux gens », confie le musicien.

Troie, parce que ce cheval antique avait soudainement rendu apparente l’invisibilité de ce qui se trame aux tréfonds des chansons. Du cœur, des tripes. Troie, parce que le confinement et la peur de voir mourir son métier ont eu raison de l’inspiration de Malik, qui ne parvenait guère, face à l’arrêt total, à laisser courir sa plume. Auparavant un dialogue, la composition est devenue une lutte. Troie, parce que le corps lui-même s’est rebellé, le dos faisant plier de souffrance Malik – ce qui est le sujet du morceau « Douleur ». Troie, parce que cet album a été une bataille. 

Une bataille remportée haut la main par Malik Djoudi, tant et si bien que chaque titre s’impose avec une évidence confondante. Lui qui a toujours affectionné les duos ou collaborations – avec Juliette Armanet, Cécile de France ou encore Etienne Daho, soutien de la première heure – ne s’en prive pas ici.Ainsi, on savoure le tempo partagé avec la jeune Lala &ce, « Point sensible » et la poésie synthétique explorée avec Philippe Katerine, « Eric ». Troisième collaboration, et pas des moindres : « Quelques mots », chantée avec Isabelle Adjani, l’immense actrice dans un état proche de l’Ohio, celle du pull marine made in Gainsbourg. Ayant lu dans la presse qu’elle aimait ses chansons, Malik a tenté l’impossible : lui en proposer une composition à interpréter, qu’elle a aussitôt accepté. 

Ritournelle née d’un pattern de batterie et de basse, « 2080 » envisage une société où l’on volera en bulle d’eau, sans se toucher. « Danger » se joue des crescendos et évoque les pulsions de la nuit, danser quoiqu’il advienne au risque de céder aux plaisirs désinhibés. Le refrain en échos de « Vis-là » s’offre unedémonstration de French Touch 2.1. de haut niveau. Fort d’une nappe d’un accord qui la rend si hypnotique, « Où es-tu » raconte la quête de l’alter ego amoureux, qu’on trouve lorsqu’on est en paix avec soi-même. C’est un besoin de l’Autre qu’on écoute ici, pour tisser un lien plus que jamais compréhensible après la crise sanitaire. 

Sans renier son introspection naturelle, Malik rompt avec la solitude. Pour la première fois, il fait appel à un réalisateur. Ainsi, Troie est une odyssée à laquelle a participé Renaud Letang, à qui il a confié en toute confiance ses morceaux, laissant l’énergie des musiciens s’immiscer dans ses structures sonores. En studio, les photos des disparus tant aimés, Christophe et Philippe Zdar, avec lequel Malik avait collaboré sur Tempéraments, restent à ses côtés… Les textes restent fidèles à la simplicité stylistique de Malik, chevalier d’une pop, épris d’une grammaire concise, sans fioritures. Des mots qui sonnent bien, tout simplement. Autant que les mélodies de Troie, qui, idéales compagnes de nos combats quotidiens, font de nos jours les plus belles des aurores boréales. 

Pop
FR

« Montre-moi ton point sensible, je te dirai qui tu aimes ». Celui de Malik Djoudi est sans conteste la musique, qu’il apprivoise depuis l’enfance, rapidement suivie de premières compositions au service des petits et grands écrans… Avant de se consacrer à un corpus solo ne ressemblant à nul autre.

Nommé artiste révélation aux Victoires de la Musique 2020, l’artiste français à la voix androgyne sortira fin septembre « Troie », troisième album solaire et sensuel.

Le premier single annonciateur de cet album, ‘Point Sensible’ feat. Lala &ce, est accompagné d’un clip réalisé par Jean-Charles Charavin.

Malik Djoudi 21h
RÉSERVER
vendredi 26 novembre 2021
Concert  
Salle de concerts  
Plein Tarif : 15 € Tarif réduit : 12 € Bourse spectacles : 3.5 €

Intimiste, sensuelle : telle est la musique de Malik, façonnée à l’envi au fil des albums : Un (2017), Tempéraments (2019), qui lui a valu d’être nominé « Album révélation de l’année » aux Victoires de la Musique 2020… Et, aujourd’hui, Troie. Lequel ouvre un chapitre nouveau, celui d’un parti pris organique dont l’idée a germé après sa dernière tournée. Entouré de machines pendant trois ans, manipulant ce son électro qu’il adore, le chanteur a souhaité revenir au profondément vivant, et pouvoir, sur scène, être accompagné d’autres instrumentistes. Sans omettre, cependant, les possibilités des synthés et des arrangements à venir, Malik est allé à l’essentiel, composant avec la basse et la batterie, inspiré par les grooves simples et efficaces de Frank Ocean ou Mac Miller. Il s’agit de rompre avec ses habitudes, travaillant entre la campagne, la Villa Noailles et Paris, ramener de la lumière après deux disques mélancoliques. Contourner les codes et systématismes de la pop actuelle pour imposer une matière épurée et surprendre – lui autant que les auditeurs. « La création de ce disque m’a donné la force pour rester droit, et aujourd’hui j’aimerais qu’il puisse donner de la force aux gens », confie le musicien.

Troie, parce que ce cheval antique avait soudainement rendu apparente l’invisibilité de ce qui se trame aux tréfonds des chansons. Du cœur, des tripes. Troie, parce que le confinement et la peur de voir mourir son métier ont eu raison de l’inspiration de Malik, qui ne parvenait guère, face à l’arrêt total, à laisser courir sa plume. Auparavant un dialogue, la composition est devenue une lutte. Troie, parce que le corps lui-même s’est rebellé, le dos faisant plier de souffrance Malik – ce qui est le sujet du morceau « Douleur ». Troie, parce que cet album a été une bataille. 

Une bataille remportée haut la main par Malik Djoudi, tant et si bien que chaque titre s’impose avec une évidence confondante. Lui qui a toujours affectionné les duos ou collaborations – avec Juliette Armanet, Cécile de France ou encore Etienne Daho, soutien de la première heure – ne s’en prive pas ici.Ainsi, on savoure le tempo partagé avec la jeune Lala &ce, « Point sensible » et la poésie synthétique explorée avec Philippe Katerine, « Eric ». Troisième collaboration, et pas des moindres : « Quelques mots », chantée avec Isabelle Adjani, l’immense actrice dans un état proche de l’Ohio, celle du pull marine made in Gainsbourg. Ayant lu dans la presse qu’elle aimait ses chansons, Malik a tenté l’impossible : lui en proposer une composition à interpréter, qu’elle a aussitôt accepté. 

Ritournelle née d’un pattern de batterie et de basse, « 2080 » envisage une société où l’on volera en bulle d’eau, sans se toucher. « Danger » se joue des crescendos et évoque les pulsions de la nuit, danser quoiqu’il advienne au risque de céder aux plaisirs désinhibés. Le refrain en échos de « Vis-là » s’offre unedémonstration de French Touch 2.1. de haut niveau. Fort d’une nappe d’un accord qui la rend si hypnotique, « Où es-tu » raconte la quête de l’alter ego amoureux, qu’on trouve lorsqu’on est en paix avec soi-même. C’est un besoin de l’Autre qu’on écoute ici, pour tisser un lien plus que jamais compréhensible après la crise sanitaire. 

Sans renier son introspection naturelle, Malik rompt avec la solitude. Pour la première fois, il fait appel à un réalisateur. Ainsi, Troie est une odyssée à laquelle a participé Renaud Letang, à qui il a confié en toute confiance ses morceaux, laissant l’énergie des musiciens s’immiscer dans ses structures sonores. En studio, les photos des disparus tant aimés, Christophe et Philippe Zdar, avec lequel Malik avait collaboré sur Tempéraments, restent à ses côtés… Les textes restent fidèles à la simplicité stylistique de Malik, chevalier d’une pop, épris d’une grammaire concise, sans fioritures. Des mots qui sonnent bien, tout simplement. Autant que les mélodies de Troie, qui, idéales compagnes de nos combats quotidiens, font de nos jours les plus belles des aurores boréales. 

Pop
FR
En ligne bientôt !

« Montre-moi ton point sensible, je te dirai qui tu aimes ». Celui de Malik Djoudi est sans conteste la musique, qu’il apprivoise depuis l’enfance, rapidement suivie de premières compositions au service des petits et grands écrans… Avant de se consacrer à un corpus solo ne ressemblant à nul autre.

Nommé artiste révélation aux Victoires de la Musique 2020, l’artiste français à la voix androgyne sortira fin septembre « Troie », troisième album solaire et sensuel.

Le premier single annonciateur de cet album, ‘Point Sensible’ feat. Lala &ce, est accompagné d’un clip réalisé par Jean-Charles Charavin.