Annulé : The Bridge #15
20h45
Club samedi 23 janvier 2021
Concert  
   
Plein Tarif : 12 € Tarif réduit : 10 € Carte Culture : 8 € Tarif adhérents : 8 € Le Joker : 3.5 €
Réserver
Porduction Jazz à Poitiers
The Bridge # 15
Threesome impecc’
FR/USA
JayVe Montgomery : saxophones, flûtes, percussions, Didier Petit : violoncelle, Edward Perraud : batterie
Toujours bon de savoir faire le pont. Et The Bridge s’y entend à merveille. Pour le quinzième et dernier ensemble de la première génération, le projet transatlantique rétablit une fois de plus musiciens français et chicagoans. Au-dessus des bouillonnements de l’Océan et de l’époque. Au-dessus de la démesure, au sein de ce qui définit un musicien : s’asseoir sur les courbettes, jouer avec les équilibres instables et provoquer les habitudes établies. Et tenter de savoir rester une tête de pont. Le combo engagé ici, en a trois. Aussi bien faites que bien pleines. Tricéphale, la bestiole agencée par The Bridge #15 ? Pas certain. À bien considérer le rapport à la musique de ces trois improvisateurs, leur attention à ce qu’elle requiert de patience et d’humilité, à ce qu’elle offre de possibles rencontres, la tête de cetrio quartetapparaît unique. Au sens philosophique du mot. Pleine d’un seul élément, soi-même. Tout entier et multiple au cœur de la musique inventée par et pour cette occasion réunie — cet heureux incident qu’il y a à être au monde, fignolerait Philippe Carles. Et heureux de ce futur incident, JayVe Montgomery, Didier Petit et Edward Perraud le semblent déjà. Pour le reste la règle reste inchangée, maline et audacieuse. Deux frenchies/un yankee, tenant ici violoncelle, saxophone, flûte et batterie. Outils pour questionner le monde et vous mettre dans l’oreille des mondes improvisés. Sensibles, étranges, insensés. Beaucoup mieux qu’une partie de 1, 2, 3 soleil.


The Bridge#15 aurait dû réunir sur scène Josh Berman, Jason Stein, Didier Petit et Edward Perraud, mais les empêchements actuels en ont décidé autrement. Le cornet de Berman et la clarinette basse de Stein se feront certes entendre, sur scène, mais à distance, par le biais des enregistrements effectués à Chicago dont disposeront à leur guise leurs partenaires de scène.
Annulé : The Bridge #15 20h45
RÉSERVER
samedi 23 janvier 2021
The Bridge # 15 Concert  
Club  
Plein Tarif : 12 € Tarif réduit : 10 € Carte Culture : 8 € Tarif adhérents : 8 € Bourse spectacles : 3.5 €
Porduction Jazz à Poitiers
The Bridge # 15
Threesome impecc’
FR/USA
Toujours bon de savoir faire le pont. Et The Bridge s’y entend à merveille. Pour le quinzième et dernier ensemble de la première génération, le projet transatlantique rétablit une fois de plus musiciens français et chicagoans. Au-dessus des bouillonnements de l’Océan et de l’époque. Au-dessus de la démesure, au sein de ce qui définit un musicien : s’asseoir sur les courbettes, jouer avec les équilibres instables et provoquer les habitudes établies. Et tenter de savoir rester une tête de pont. Le combo engagé ici, en a trois. Aussi bien faites que bien pleines. Tricéphale, la bestiole agencée par The Bridge #15 ? Pas certain. À bien considérer le rapport à la musique de ces trois improvisateurs, leur attention à ce qu’elle requiert de patience et d’humilité, à ce qu’elle offre de possibles rencontres, la tête de cetrio quartetapparaît unique. Au sens philosophique du mot. Pleine d’un seul élément, soi-même. Tout entier et multiple au cœur de la musique inventée par et pour cette occasion réunie — cet heureux incident qu’il y a à être au monde, fignolerait Philippe Carles. Et heureux de ce futur incident, JayVe Montgomery, Didier Petit et Edward Perraud le semblent déjà. Pour le reste la règle reste inchangée, maline et audacieuse. Deux frenchies/un yankee, tenant ici violoncelle, saxophone, flûte et batterie. Outils pour questionner le monde et vous mettre dans l’oreille des mondes improvisés. Sensibles, étranges, insensés. Beaucoup mieux qu’une partie de 1, 2, 3 soleil.


The Bridge#15 aurait dû réunir sur scène Josh Berman, Jason Stein, Didier Petit et Edward Perraud, mais les empêchements actuels en ont décidé autrement. Le cornet de Berman et la clarinette basse de Stein se feront certes entendre, sur scène, mais à distance, par le biais des enregistrements effectués à Chicago dont disposeront à leur guise leurs partenaires de scène.