Crash Caisse à Savon
Galerie jusqu'au 5 avril
En partenariat avec Le Spip de Poitiers
Workshop

« En l'an 2000, M. Président, chef du Parti Unique Bipartisan, règne en maitre sur l'ensemble de la Terre, après le krach mondial de 1979. L'événement sportif majeur est désormais la course automobile transcontinentale, un jeu de télé-réalité où cinq bolides partis de la côte est des États-Unis doivent rejoindre New Los Angeles, en Californie, en marquant le maximum de points en écrasant des piétons. Chaque voiture est décorée et conduite par un couple pilote-navigateur assorti. Cependant un groupe de rebelles se prépare à saboter la course, et même si tous les coups sont théoriquement permis, elle est étroitement surveillée par le gouvernement et ni Frankenstein ni sa navigatrice ne sont tout à fait les personnes qu'ils prétendent. » Voici le Pitch du film La Course à la mort de l'an 2000 (Death Race 2000), sorti en 1975, réalisé par Paul Bartel et inspiré de la nouvelle The Racer d'Ib Melchior (1956).

 

Avec « Crash Caisse », Moolinex, s’inspire librement de récits post-apocalyptiques très populaires dans les années 70, pour imaginer de toutes pièces un événement mêlant art et course automobile. Il invite différents publics à se croiser autour de ce projet à mi-chemin entre Mad Max, les jeux antiques et le défilé de chars dans les carnavals. Il s’en nourrit pour inventer à sa manière un événement à la fois spectaculaire et populaire. De la conception de véhicules type caisse à savon, à la création d’un univers iconographique fort et jusqu’à la réalisation d’une grande performance, il propose à différents publics de l’accompagner dans la réalisation de ce projet fou et décalé. Moolinex secoue et déforme le monde dans un joyeux carambolage comme pour mieux le regarder et le comprendre. Accrochez votre ceinture !

 

Tu as une âme d’artiste guerrier, de bricoleur à la cool, tu rêves d’évasion à 100 à l’heure… tu veux intégrer la team crash caisse à savon, inscris-toi tout de suite en ligne sur le site du Confort Moderne !