Black Marble + Première partie
Black Marble 21h
Salle jeudi 30 janvier 2020
Concert  
   
Plein Tarif : 10 € Tarif réduit : 7 € Bourse spectacles : 3.5 €
Réserver
Black Marble
Synth Pop
US
Quand Chris Stewart commence à écrire et enregistrer son troisième album sous le nom de Black Marble, il est fraîchement installé à Los Angeles, après avoir quitté New York.  Ce nouvel environnement lui apporte beaucoup d’excitation et de possibilités.  Sa voiture ayant rendue l’âme, il s’achète un abonnement de bus et planifie ses déplacements quotidiens de son appartement d’Echo Park à son studio du centre-ville, où il commence à façonner Bigger Than Life. Son trajet quotidien traverse toute la ville, des petits magasins locaux d’Echo Park au quartier des affaires fait de vitres immenses, au désespoir de Skid Row. L’énergie pressée de cet environnement lui fourni une toile de fond pour son voyage quotidien. Quand Stewart arrive finalement à son atelier, il regarde par la fenêtre les montagnes et le ciel, admirant la beauté qui rend L.A. unique. C’était l’espace dans lequel il était quand il a commencé à travailler sur Bigger Than Life, une ode à sa nouvelle condition et une réponse synth-pop chatoyante à sa cacophonie.
Black Marble + Première partie 21h
RÉSERVER
jeudi 30 janvier 2020
Black Marble Concert
Salle
Plein Tarif : 10 € Tarif réduit : 7 € Bourse spectacles : 3.5 €
Black Marble
Synth Pop
US
site
web
Quand Chris Stewart commence à écrire et enregistrer son troisième album sous le nom de Black Marble, il est fraîchement installé à Los Angeles, après avoir quitté New York.  Ce nouvel environnement lui apporte beaucoup d’excitation et de possibilités.  Sa voiture ayant rendue l’âme, il s’achète un abonnement de bus et planifie ses déplacements quotidiens de son appartement d’Echo Park à son studio du centre-ville, où il commence à façonner Bigger Than Life. Son trajet quotidien traverse toute la ville, des petits magasins locaux d’Echo Park au quartier des affaires fait de vitres immenses, au désespoir de Skid Row. L’énergie pressée de cet environnement lui fourni une toile de fond pour son voyage quotidien. Quand Stewart arrive finalement à son atelier, il regarde par la fenêtre les montagnes et le ciel, admirant la beauté qui rend L.A. unique. C’était l’espace dans lequel il était quand il a commencé à travailler sur Bigger Than Life, une ode à sa nouvelle condition et une réponse synth-pop chatoyante à sa cacophonie.