Schnell
Schnell 20h45
Club mercredi 20 novembre 2019
Concert  
   
Plein Tarif : 12 € Tarif réduit : 10 € Carte Culture : 8 € Tarif adhérents : 8 € Le Joker : 3.5 €
Réserver
Production Jazz à Poitiers
Schnell
Frenetic bop
FR / IT / ALL
Pierre Borel : saxophone,  Antonio Borghini : contrebasse, Christian Lillinger : batterie
À l'initiative de ce trio international, basé à Berlin, Pierre Borel est issu de la constellation Umlaut. Un des collectifs les plus passionnants en Europe ces dernières années et dont le propos de quelques-uns des projets, pour résumer, est souvent de secouer le jazz de répertoire pour lui redonner un coup de jeune. Dans Schnell, la démarche est un peu similaire et c'est ici plutôt le bop qui en prend pour son grade. Avec Christian Lillinger, figure montante du free germanique et Antonio Borghini qui a frayé, entre autres, avec David Murray, Braxton ou Mike Patton, ils poursuivent l'œuvre de Charlie Parker, Monk et consorts avec un regard tout subjectif et une énergie presque rock. Et comme Schnell ça veut dire vite en allemand, ici ça dépote. Avec la tradition comme point de départ, ils en explorent et repoussent les limites, en décortiquent les structures pour accoucher d'une espèce de free bop frénétique. Partant de motifs répétés jusqu'à épuisement, ils introduisent progressivement variations, inflexions et riffs qui montent dans les tours. Et si parfois la flamme fragile d'une ballade s’amorce, ils jettent aussitôt de l'essence sur le feu et prennent un malin plaisir à embraser et réduire en cendres la mélodie qui venait tout juste de s'installer. Un trio pyromane qui fait bien plus que revisiter l'histoire en la prolongeant et en la considérant comme une ressource à sonder et à s'approprier pour mieux en détourner les codes.
Schnell 20h45
RÉSERVER
mercredi 20 novembre 2019
Schnell Concert
Club
Plein Tarif : 12 € Tarif réduit : 10 € Carte Culture : 8 € Tarif adhérents : 8 € Bourse spectacles : 3.5 €
Production Jazz à Poitiers
Schnell
Frenetic bop
FR / IT / ALL
site
web
À l'initiative de ce trio international, basé à Berlin, Pierre Borel est issu de la constellation Umlaut. Un des collectifs les plus passionnants en Europe ces dernières années et dont le propos de quelques-uns des projets, pour résumer, est souvent de secouer le jazz de répertoire pour lui redonner un coup de jeune. Dans Schnell, la démarche est un peu similaire et c'est ici plutôt le bop qui en prend pour son grade. Avec Christian Lillinger, figure montante du free germanique et Antonio Borghini qui a frayé, entre autres, avec David Murray, Braxton ou Mike Patton, ils poursuivent l'œuvre de Charlie Parker, Monk et consorts avec un regard tout subjectif et une énergie presque rock. Et comme Schnell ça veut dire vite en allemand, ici ça dépote. Avec la tradition comme point de départ, ils en explorent et repoussent les limites, en décortiquent les structures pour accoucher d'une espèce de free bop frénétique. Partant de motifs répétés jusqu'à épuisement, ils introduisent progressivement variations, inflexions et riffs qui montent dans les tours. Et si parfois la flamme fragile d'une ballade s’amorce, ils jettent aussitôt de l'essence sur le feu et prennent un malin plaisir à embraser et réduire en cendres la mélodie qui venait tout juste de s'installer. Un trio pyromane qui fait bien plus que revisiter l'histoire en la prolongeant et en la considérant comme une ressource à sonder et à s'approprier pour mieux en détourner les codes.